Promouvoir la culture club

L’objectif est d’œuvrer à resserrer les liens entre les différentes composantes de la « grande famille » du RCS, terme qui n’a malheureusement plus beaucoup de sens dans le football actuel.

De même, le Racing a une histoire, certes mouvementée, mais riche et passionnante et qui vaut la peine d’être connue et transmise sans sombrer dans la nostalgie.

Discussion avec Thierry Laurey

Rencontre au local avec l’entraineur du Racing... la discussion est ouverte à tous les supporters : merci de vous annoncer - ici ou par mail : fsrcs1906@gmail.com - pour faciliter la gestion de la soirée !

Création du musée virtuel du Racing

À la fin de l’automne 1906, au retour d’une excursion dans les Vosges du Nord, de jeunes Strasbourgeois se séparent en prenant une décision : fonder dans leur quartier un club de football.
Ce sera le Fußball Club Neudorf, concrétisé juridiquement en 1907 et rebaptisé Racing Club de Strasbourg en 1919.

A l’occasion du 110e anniversaire du club, nous lançons le musée virtuel collaboratif de l’identité visuelle du Racing Club de Strasbourg !

Programmes, affiches, fanions, maillots, écharpes, posters, dédicaces, livres, etc. Il a vocation à être alimenté constamment et vivra uniquement grâce à vous : sortez vos collections des placards et des greniers, photographiez ou scannez, puis utilisez le formulaire en ligne pour publier vos souvenirs ! (Merci à Pepito pour les premières contributions !)

Entre mémoire individuelle et collective, ce site permettra de conforter la dimension culturelle et populaire du Racing.
Rendez-vous à cette adresse www.museeracingstrasbourg.fr et nous comptons sur vous pour faire vivre ce musée !

Soirée avec Thierry Laurey

L’entraîneur du Racing nous rend visite le mardi 18 octobre pour discuter du début de saison du club et de son parcours personnel.
Rencontre ouverte à tous les supporters, merci de vous annoncer pour faciliter la gestion de la soirée !

Soirée avec les nouveaux joueurs

Profitez de cette occasion pour mieux connaître les nouveaux joueurs du Racing !
Soirée ouverte à tous, n’hésitez pas à nous contacter pour y participer :)

Barbecue avec François Keller et Guy Feigenbrugel

Comme chaque année, la Fédération des supporters invite à un barbecue François Keller (directeur du centre de formation) et Guy Feigenbrugel (team manager).

Inscrivez-vous pour y participer : fsrcs1906@gmail.com

Conférence : le stade de la Meinau, ce terrain de jeu devenu patrimoine régional

Devenu un haut lieu patrimoine régional, le stade de la Meinau a connu une impressionnante évolution architecturale. Témoin privilégié d’un quartier en développement constant, il révèle aussi l’importance du football dans le quotidien de nombreux Alsaciens.

Dans la continuité de l’ouvrage réalisé sur l’histoire du stade de la Meinau, l’invitation de la médiathèque démontre une nouvelle fois que le Racing (qui fête ses 110 ans cette année) et son stade possèdent une réelle dimension patrimoniale et culturelle en Alsace... alors venez nombreux à cette conférence qui présentera de nombreuses photos d’archives, une sélection événements exceptionnels et des anecdotes.

Entrée libre.

Après la conférence, la Fédé vous offrira le verre de l’amitié au local de l’association, dans lequel sera diffusé le match d’ouverture de l’Euro entre la France et la Roumanie !

Coupe de France 1966 : invitation à la fête d’anniversaire !

Le 22 mai 1966, le Racing a remporté la deuxième coupe de France de son histoire : face au champion de France, le FC Nantes, les Strasbourgeois s’imposent 1-0 au Parc des Princes devant 36 285 spectateurs (dont environ 10 000 Alsaciens) et sous un soleil de plomb !
C’est grâce à l’arrière gauche Pierre Sbaïz, buteur sur coup-franc à la 51e minute que le Racing a pu remporter la coupe, 15 après le premier succès dans l’épreuve.
Découvrez cette vidéo de 3 minutes d’une finale mythique.

Marc, supporter du Racing membre de la Fédé, était présent au Parc de Princes pour vivre ce moment historique : "j’avais 16 ans et des Bleus pleins les yeux. Par contre, le stade était en jaune, ainsi que les restaurants aux alentours : les supporters nantais étaient bien plus nombreux. On se faisait donc tout petit avant la rencontre mais après le coup de sifflet final on a terriblement grandi ! Le danger côté Nantais était Ramon Muller et sa blessure a été la véritable clé du match".


Hauss, Kaelbel, Schuth, Devaux, Stieber, Sbaïz
Gress, Merschel, Farias, Szczepaniak, Hausser

Le lendemain, la population strasbourgeoise réserve un acceuil triomphal à son équipe qui défile dans les rues entre la gare et l’hôtel de ville au milieu d’une foule de plusieurs milliers de supporters...

50 ans plus tard, la Fédération des supporters souhaite fêter cet anniversaire !
Grâce à l’accord du club (que nous remercions au passage) nous avons donné rendez-vous à l’équipe victorieuse au stade de la Meinau le dimanche 22 mai pour célébrer ce moment de gloire du Racing autour de tartes flambées.

Plusieurs des joueurs présents sur la pelouse lors de cette finale ont d’ores et déjà confirmé leur présence : Jean Schuth, Pierre Sbaïz, Denis Devaux, Roland Merschel, Raymond Stieber, Robert Szczepaniak, Gérard Hausser, mais aussi Gérard Burcklé et Gilbert Heiné.
Ce rassemblement sera aussi l’occasion de rendre hommage aux joueurs victorieux qui nous ont quitté : René Hauss, Raymond Kaelbel et José Farias.

Marc Keller (président du Racing) et Alain Fontanel (adjoint au Maire de Strasbourg) devraient également être présents.

Vous souhaitez participer à cette fête ? C’est possible : il suffit simplement de s’inscrire - obligatoirement - en envoyant un mail : fsrcs1906@gmail.com.

Attention, les places sont limitées et seules les personnes inscrites pourront accéder au salon Krimmeri et prendre part au repas : ne tardez pas à réserver votre place !

Une participation de 15 € pour les tartes flambées et les boissons à volonté sera demandée à l’entrée (gratuit pour les enfants de moins de 5 ans, 5 € jusqu’à 10 ans).

N’hésitez pas à vous joindre à nous pour ce rendez-vous qui réunira la grande famille du Racing !

Où l’on apprend que le stade de la Meinau doit son nom à... Napoléon !

Décembre 1805. Napoléon remporte une de ses plus belles batailles, à Austerlitz, face à la coalition autrichienne et russe. Quelques jours plus tard, un traité de paix est signé et la France obtient la disparition du Saint-Empire romain germanique.

Pour Napoléon, l’heure est venue de récompenser certains de ses hommes. Parmi eux : Charles Louis Schulmeister.
Grâce à la fortune gagnée lors des guerres de l’Empereur, Schulmeister parvient à acheter 26 hectares du domaine de la Canardière, au sud de Strasbourg, alors qu’il n’a que 35 ans. Il y fait construire un château pour mener une vie mondaine et accueillir dignement Napoléon.
Il donne aussi un nouveau nom à cette propriété : « Meine Aue » (ma prairie), qui deviendra bientôt... la Meinau !

Désormais appelé "Monsieur de Meinau", Schulmeister a largement contribué à la grandeur de l’Empire. Espion de Napoléon dans le monde germanique, il est payé pour récupérer de précieux renseignements sur les troupes ennemies postées de l’autre côté du Rhin, déjouer les complots et intoxiquer les commandements adverses avec de fausses informations sur les stratégies françaises.

C’est en octobre de cette même année 1805 que Schulmeister réussit une de ses plus belles manipulations : à Ulm, il parvient à gagner la confiance du général autrichien Mack et le convainc - en mêlant vrais documents de l’état-major français et éléments inventés - de maintenir ses troupes à l’intérieur des murs de la ville. Assiégée rapidement, Ulm tombe aux mains de Napoléon qui remporte ainsi une victoire presque sans combattre.

Son habileté fera sa légende tant dans le camp français que chez ses ennemis. Une anecdote décrit d’ailleurs son art de la dissimulation : poursuivi par une patrouille adverse informée de sa présence dans une ferme, les soldats n’y trouvent qu’un vieil homme, le visage plein de mousse et un rasoir à la main. Il leur indique que l’espion est au premier étage. Le temps que la patrouille s’aperçoive de la supercherie, Schulmeister s’était essuyé le visage et avait déjà déguerpi.

Sa légende traversera d’ailleurs les décennies puisque une célèbre série française lui sera consacrée à la télévision entre 1971 et 1974 (lien vers le générique).

Entre les missions secrètes au service de l’Empereur ou les batailles aux avants postes des armées (il prendra une balle dans le front à la bataille de Friedland), Schulmeister se repose donc dans son immense propriété strasbourgeoise auprès de son épouse.
Né dans le Pays de Bade en 1770, Karl Ludwig Schulmeister s’était installé à Strasbourg, grâce à sa belle-famille, pour y devenir épicier puis marchand de tabac, en couverture de sa véritable activité : contrebandier.

Entouré d’une imposante équipe, il était devenu l’un des principaux pourvoyeurs de marchandises anglaises prohibées. Son réseau et sa connaissance de la région lui permettent ensuite de passer de l’illégalité à des fonctions plus officielles - mais très discrètes - de renseignements pour les armées de Napoléon.
Schulmeister emploie dans ce but bon nombre d’Alsaciens et de Badois, implantés jusqu’en Autriche et en Hongrie dans les hôpitaux, la police, parmi les commerçants, la domesticité, etc.

La fin du règne napoléonien met cependant un terme à ses activités et à sa prospérité. Après quelques investissements malheureux, il est contraint de se séparer progressivement de son domaine entre 1833 et 1843 et doit déménager dans un petit appartement de la place Broglie, où il meurt le 8 mai 1853, à 83 ans.

Jusqu’à la fin de sa vie, il avait tenté de défendre l’honorabilité de ses anciennes activités sous l’angle de la contribution patriotique : à cette époque, l’espionnage était en effet généralement perçu comme une activité dégradante et méprisable, bien loin de l’image héroïque - à la James Bond - qu’on s’en fait aujourd’hui.

Inhumé au cimetière Saint-Urbain à Strasbourg, l’hymne national a été joué lors de ses obsèques. Non pas la Marseillaise, interdite par Napoléon III, mais un chant célébrant les croisades médiévales, au titre tristement d’actualité : "Partant pour la Syrie" (lien vers l’hymne).

Quant à son château, il sera entièrement démoli en 1874. Il en reste cependant quelques traces, en plus du parc public de 7 hectares qui porte désormais le nom de Schulmeister :
- les deux pavillons qui accueillaient les écuries et les logements de domestiques (au 110 place de la Meinau), actuellement utilisés par les services techniques de la ville de Strasbourg
- l’obélisque à l’angle de l’avenue de Colmar et de la route de la Meinau, à quelques hectomètres du stade de la Meinau, qui indiquait la direction du château.

Sources : Schulmeister l’espion de Napoléon (Gérard Arboit, Éditions Ouest-France, 2011), napoleon.org, Dernières Nouvelles d’Alsace, Eurométropole de Strasbourg.

Revivez les grands évènements qui ont fait vibrer le stade de la Meinau

Idée cadeaux pour Noël :

Racing 100 Ans à la Meinau 1914-2014 (Ouvrage rédigé par la FSRCS)
Situé dans le quartier strasbourgeois du même nom, le stade de la Meinau est un des plus anciens de France, puisqu’on y joue au football depuis 1906. Huit ans plus tard, en 1914, le Racing prenait possession des lieux pour s’y imposer progressivement comme le principal club de la ville, puis de la région. C’est à l’occasion de ce 100e anniversaire que cet ouvrage a été rédigé et vous invite à découvrir, grâce à une sélection d’évènements hors du commun qui s’y sont déroulés, l’histoire de ce haut lieu du patrimoine alsacien.
Format : 15x21 cm - 52 pages

Racing 1979 : Le sacre (parution en 2009)
Il y a tout juste 30 ans, le Racing Club de Strasbourg a été, pour la première et unique fois de son histoire, champion de France. Une rétrospective sur cet événement majeur dans les annales du club à une époque où pas moins de 40 000 spectateurs assistaient aux matches, avec :
Un dossier complet racontant la genèse du titre, le récit d’une saison exceptionnelle, les supporters dans le train bleu de Colmar à Strasbourg, la liesse du retour à Strasbourg, le fac similé de la « Une » des DNA le lendemain du titre, les souvenirs d’un témoin qui avait 10 ans en 1979… Des témoignages, une analyse sociologique, toute la collection des vignettes Panini des joueurs, la chanson créée par Germain Muller… Un portfolio de 40 pages des joueurs et dirigeants de l’époque et leur portrait écrit...
Format : 23 x 30 cm - 96 pages

Pour passer commande : cliquez ici.

Retour sur la soirée avec les nouveaux joueurs 2015/2016

Depuis 5 ans, chaque nouveau joueur du Racing passe par le local peu après son arrivée pour faire connaissance avec les supporters. La tradition a été respectée hier soir avec la venue d’Olivier Blondel, Eric Marester, Lilian North, Felipe Saad, Bill Tuiloma, Massiré Kanté, Ladislas Douniama et Oumar Pouye.

Après une présentation des différentes associations (KCB, UB90 et Fédé) et l’évocation des différentes activités de la Fédé, nous avons pu leur parler de l’histoire du Racing.
Et pour cela, plutôt qu’un long discours, c’est par la remise à chacun d’eux d’un livret réalisé par l’association que nous les informons des heures les plus riches du RCS, sans enjoliver un parcours souvent chaotique. Ce livret est d’ailleurs consultable à cette adresse : http://fr.calameo.com/read/000355860da192e94ab21

L’objectif étant surtout d’insister sur les valeurs que nous souhaitons voir respecter par chaque joueur portant le maillot bleu : combativité, respect de l’institution, respect des supporters.
Nous espérons ainsi leur transmettre un peu de notre fierté de l’histoire et de la popularité du Racing.

Et pour la première fois, les joueurs sont partis avec une seconde lecture : le livre sur l’histoire du stade de la Meinau, réalisé l’an dernier par la Fédé.
Grâce à cet ouvrage, les nouveaux joueurs pourront savoir pourquoi ils évoluent dans un stade mythique ! (Au fait, saviez-vous que ce livre est toujours en vente ici ? -> www.abo-online.fr/racing-100-ans-meinau.html)

Merci au club d’avoir facilité cette rencontre importante à nos yeux et merci aux 8 joueurs pour leur présence.

Rendez-vous vendredi à la Meinau pour le derby !

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90
calendrier

Prochain rendez-vous au local :

6 mars : diffusion de Valenciennes - Racing
9 mars : discussion avec Thierry Laurey

sur twitter