Article des DNA - 14/06/2011

Les supporters ont le coeur gros

Dimanche, à Geispolsheim, s’est joué le match de gala rassemblant anciennes gloires et jeunes pousses du Racing- club de Strasbourg pour célébrer les 60 ans de la victoire de l’équipe en coupe de France (voir DNA d’hier). Un moment de lumière que n’oublieront pas les supporters, plongés dans la tourmente avec le club de leur coeur.

Plus de 600 personnes présentes dans les gradins du FCG01 : les spectateurs sont venus en nombre assister au match de gala commémorant le premier trophée du Racing, en 1951. Sur le terrain, quelques noms bien connus des supporters, des anciens du RCS de toutes les époques, mais aussi des jeunes du centre de formation. Une journée du souvenir, ou d’avenir ?

Par ce match la fédération des supporters souhaitait rendre hommage à l’équipe victorieuse du premier trophée du club. Ce fut beaucoup plus que cela, à l’arrivée.

C’était l’occasion de valoriser les vainqueurs de cette compétition, de mettre en avant les valeurs sportives, de saluer tous les joueurs et dirigeants passés par le club, ceux qui ont laissé un bon souvenir. Une journée des supporters, également, qui vivent une passion commune, celle du football et du Racing. Un moment, encore, venant « montrer que le Racing reste une institution populaire malgré la situation dramatique actuelle », explique Philippe Wolff, le président de la fédération des supporters. Une journée à caractère caritatif, enfin, car l’ensemble des recettes doit être reversé à deux associations, ELA et la Lutte contre la mucoviscidose.

Sur le terrain s’affrontent deux équipes à l’effectif composé par les anciennes gloires du Racing et des jeunes du centre de formation. Ce qui fait plaisir dans les tribunes. Les spectateurs reconnaissent avec envie les joueurs qui les ont fait vibrer. Des anciens et des jeunes, image ô combien symbolique. Car à ce moment, personne parmi les passionnés de ballon rond n’ignore que l’avenir du club est en jeu et même si les spectateurs vivent pleinement l’instant présent, une question trotte dans toutes les têtes : les lendemains chanteront-ils ? Car sur le terrain, la plupart des jeunes du centre de formation n’ont pas vu le renouvellement de leur contrat et certains se sont déjà engagés dans d’autres clubs. Derniers espoirs

Angèle, elle, vient de recevoir le ballon dédicacé par tous les acteurs du jour. Un présent obtenu des mains de Stéphane Collet, un des artisans du dernier trophée conquis par le Racing. Une petite photo est absolument nécessaire pour cette supportrice, et le ballon viendra bientôt orner la salle d’un restaurant à Entzheim.

Fidèle au Racing depuis l’âge de dix ans, quand elle accompagnait son grand frère au stade, Angèle a vécu les exploits du club. Elle connaît chacun des joueurs, les anciens comme les jeunes, et c’est avec ferveur qu’elle suit leurs actions sportives. Avec enthousiasme, elle parle des succès passés. Mais quand on évoque le présent, son discours devient plus amer. « J’y crois plus trop », avoue-t-elle.

Mais Angèle espère encore un tout petit peu « Ils sont tous là... S’ils pouvaient se donner la main au lieu d’agir de façon individuelle, alors ensemble ils pourraient... » Les derniers mots ne sortent pas, comme si les prononcer pouvait faire fuir ce rêve fugace. Bientôt bénévoles ?

Les supporters veulent encore y croire, mais leur discours manquement de conviction. La situation actuelle est comme un état de fait et l’impuissance les laisse déçus et fatalistes. Pas d’amertume pourtant, ils sont avant tout supporters du Racing et, quel que soit l’avenir, ils le resteront. Ceci même si le statut pro, finalement maintenu in extremis samedi, devait finalement être abandonné.

Comme le souligne le président de la fédération des supporters, « dans les clubs amateurs, on a toujours besoin de bénévoles... »

B.Bl.

calendrier

Prochain rendez-vous au local :

6 mars : diffusion de Valenciennes - Racing
9 mars : discussion avec Thierry Laurey

sur twitter